JDMQR... (Morceaux choisis)

Juste Des Mots Qui Nous Ressemblent . . . Deviens qui tu es. Fais ce que toi seul peux faire. Nieztsche . . . EPISODE 1 (juin 2007/ juillet 2008)

16 septembre 2011

Les dessous du rire...

" L'humour est un déguisement sous lequel l'émotion peut affronter le monde extérieur. "
Tony Mayer

L'humour est une des grandes richesses de notre vie... Il permet sous un jour qui se voile à peine, d'ombrer la vie de différents regards, et de mettre à mal nos petits travers dans des sourires, qui reconnaissent, attendris, tous les bobos de la vie... que nos coeurs et nos corps endoloris, ont parfois du mal à relativiser...

L'humour permet d'endosser le masque d'une personne extérieure aux circonstances, dont on n'imagine aucune histoire, aucun passé, aucun avenir... juste un présent, une situation arrachée à vif à sa réalité, et présentée en brut... là, devant nos yeux... pour la disséquer sous d'autres focus, pour la lapider de son absurdité, pour la réduire à un fait... qui tout en nous demeurant étranger, nous interpelle... et nous invite à considérer d'autres horizons, d'autres aspects, d'autres nous-mêmes...

De temps en temps, ressurgit le vieux débat, "peut-on rire de tout ?".... La question ne semble pas pouvoir être tranchée... et pour cause, l'humour, comme d'autres choses d'ailleurs, est une chose difficilement mesurable... On ne peut pas évaluer l'humour sur une échelle graduée, qui permettrait ainsi de définir des degrés d'humour... Bien sûr, me direz-vous, nous avons déjà l'humour au second degré... ???.... ?...!!!... .. . Certes... justement... est-il souhaitable d'augmenter les degrés, quand le second a déjà bien du mal à être convenablement stabilisé et compréhensible à tous... ???... Il y a là aussi, matière à débattre...

Je pense que l'on peut rire de tout... mais pas de n'importe quelle façon...
Le rire n'est pas moquerie ou ironie, il n'est pas que ça... Il est aussi relativisation des choses, sur une échelle de pessismisme graduée, dont on grimpe volontairement les barreaux, pour montrer que... vu d'ailleurs, la situation est encore différente... que parfois, il y a des choses qui semblent ridicules, contrariantes, stupides, etc... et que la vie, et bien, c'est aussi ça... alors autant s'en réjouir, plutôt que s'en lamenter, puisque de toute manière... cela ne changera rien à l'affaire...
Le rire... ça peut sauver des vies...

Et puis, oui... l'humour c'est aussi une sorte de bouclier pour défendre nos émotions en notre for intérieur. C'est, par défense de notre pudeur par exemple, ou bien comme une béquille qui nous aiderait à gérer nos émotions...
Nous savons que le fait de rire, fait du bien à notre corps et à notre tête... Les gens rient beaucoup moins d'années en années. Sans rire ! ... Des études ont été faites, et ils ont comparé le nombre de minutes quotidiennes évaluées à rire, en 1920 et aujourd'hui... J'ai oublié les chiffres, mais on en a perdu plus des deux tiers !... Ce temps qu'on passait à rire, on l'utilise pour faire autre chose... mais les études ne disent pas quoi... Ce pourrait être instructif...

Ces minutes de rire quotidiennes que nous avons perdues on ne sait où et comment... ben, je trouve qu'elles manquent...
On vit dans un environnement beaucoup trop sérieux... tout le temps... et on s'étonne que le stress augmente... On n'a plus le temps de se vider la tête, on croule sous les responsabilités et les obligations, et pas de sas de décompression en vue...
Si on nous les rendait ces minutes qu'on passait à rigoler, et bien ce serait toujours ça...

Y a juste un petit truc qui ... me chagrine ... A qui que je l'envoie la lettre de réclamation ?...

... / LW...

 


Posté par laurencewitko à 02:41 - HYGIENE DE VIE... - Commentaires [0] - Permalien [#]

Signalétique émotionnelle...

" L'amour transforme les impasses en autoroutes. "
Louis Gittner (... en bas... tout en bas !...)

Que n'a-t-on déjà écrit sur l'amour et sa force motrice, pour nous porter au-delà de ce que l'on imagine ? L'amour tient lieu de puissant catalyseur dans ses élans premiers, tel un trampoline sur lequel on aurait sauté à pieds joints... Mais l'amour, bien que rimant avec toujours, n'a pas qu'un seul visage, qui demeurerait constant à travers les âges...
L'amour, comme tout, est changement perpétuel, évolution, voire même révolution....

L'amour détient, cet espèce de pouvoir de transformation déguisé, qui nous fait parfois trouver au fond de nous des ressources inconnues pour inscrire, au goût du jour, les nouvelles orientations que l'on veut donner à sa vie. Ainsi, ces murs d'impasse auxquels on se heurte peuvent-ils trembler devant nos désirs, et tomber en désuétude, foudroyés par ce nouveau regard porté au lendemain...

L'amour a, c'est indéniable, un pouvoir créateur de réalité positive. Plus encore, que ce sentiment soit ou non partagé n'y a aucun rapport : l'amour porte de toute manière celui qui aime. L'amour crée tout un champ de possibles que l'on pourrait moissonner si d'aventure, il venait à durer. Et pour garder à ce possible toute sa dimension de probabilité, on est prêt à bien des labours et bien des semailles...

Il arrive que l'amour bouscule nos idées reçues, parce qu'il est toujours rencontre étroite de deux univers. Les visions superposées des deux intéressés ne sont pas nécessairement identiques et transforment ainsi nos signalétiques de vie, ou bien renversent nos schémas de pensée habituels, pour les adapter à de nouvelles représentations d'avenir...
"L'amour donne des ailes", c'est bien connu, et ce sont sans doute ces ailes qui aident à passer au-dessus des impasses pour s'autoriser l'ivresse de la vitesse sur autoroute... Sentir son coeur s'emballer et le vent agiter nos cheveux vaut bien de prendre le risque de quitter la sécurité illusoire et sclérosante de nos impasses...


Néanmoins, nous limitons souvent volontairement l'impact de l'influx positif et énergisant que l'amour peut nous faire connaître, au nom de nos barrières de défense et de notre peur de s'investir et de s'engager. L'amour est un pari... sur le temps à venir... Certains ont l'âme plus joueuse que d'autres et acceptent les règles incertaines de ce jeu d'émotions, dont on ne peut jamais maîtriser la trajectoire en toute objectivité...

Rien de grand ne s'est accompli sans amour pourtant... Les domaines littéraires et artistiques témoignent bien de l'omniprésence de l'amour partout dans notre vie, qu'il soit pris en compte par sa présence ou par son absence...
Que l'on s'en réclame ou que l'on s'en défende, nous cherchons tous l'amour, à recevoir comme à donner, c'est une des composantes essentielles de l'être humain.

L'amour transforme alors les impasses en autoroutes... jusqu'à ce qu'on bute à nouveau dans un mur... erreur de conduite ou fin de l'infrastructure routière... temps imparti écoulé ou fatalité... après le coup d'envoi, propulsés depuis les starting blocks, la glissière de sécurité peut nous faire revenir de l'autre côté de la route en quelques tonneaux sauvages qui nous expulsent... Il n'est pas toujours aisé de dompter ce véhicule puissant et fougueux...

Mais l'amour, tel un phénix qui renaît de ses cendres, a un pouvoir de régénération incroyable, qui lui permet de renaître après chacune de ses défaites... Et nous nous y laissons bercer et entraîner... parce que... reconnaissons-le : qu'y a-t-il de plus agréable, que d'aimer et de se sentir aimé en retour ?... Je laisse la question ouverte...

Finalement... les racines de la puissance en ce monde sont bien plus immatérielles et émotionnelles qu'on le pense... et notre pouvoir de création de la réalité repose en grande partie sur le lâcher prise qu'on voudra bien s'autoriser.
L'amour est lâcher prise... Abandon ou résistance, chacun fait ses choix...

... / LW...

 



Posté par laurencewitko à 02:45 - LES UNS ET LES AUTRES... - Commentaires [0] - Permalien [#]

Des réponses...

" Cherchez toujours la réponse en vous. Ne soyez pas influencés par ceux qui vous entourent, ni par leurs pensées, ni par leurs paroles. "
Eileen Caddy (... sanctuaire spirituel...?!?...)

"Ne soyez pas influencés par ceux...", cela ne veut pas dire que l'on ne doit écouter personne... Bien au contraire, il est juste de savoir recueillir des points de vue différents parfois quand une interrogation nous laisse songeur... mais la réponse ... ça ne peut pas être du prêt-à-penser ou du prêt-à-agir... Pour la réponse, rien ne vaut le sur mesure !... La réponse en nous que personne d'autre ne peut trouver...

Un proverbe amérindien dit quelque chose du genre : ne juge pas ton frère avant d'avoir marché dix lunes dans ses mocassins... On ne peut jamais savoir en toute transparence et vérité ce qui motive les choix et décisions de chacun, parce que l'on ne peut pas évaluer tous les éléments qui y entrent en compte... Nous réagissons aux évènements et aux personnes en fonction de toute notre histoire... et cette histoire est, de plus, une évolution perpétuelle, qui nous façonne et nous remodèle selon les humeurs de nos épreuves de vies....

Ainsi la seule personne qui puisse nous guider véritablement et avec le plus de lucidité... et bien c'est notre petite voix intérieure de la conscience, qui même si on ne l'entend pas, gouverne nos pensées et règne sur nos mécanismes de réactions et de défense, que le temps a légitimé comme modes de fonctionnement normal... mais qui nous sont personnels.

Il existe des catégories de personnes qui, lorsqu'elles disent ce qu'elles pensent, semblent asséner une vérité universelle, alors même qu'elles ne font qu'exprimer leur opinion personnelle. Que ces personnes confessent des pensées négatives, dressées au rang d'opinion reconnue et approuvée, et ces pensées négatives parasites vont venir nous pourrir l'atmosphère de leurs relents nauséabonds ... Ne pas se laisser influencer !... Retenir le fonctionnement de ses neurones quelques minutes si besoin est, le temps que tout danger de contamination soit écarté !... (S'entraîner comme pour faire passer un hoquet !)...

Nous avons tous en nous, la possibilité de trouver réponses à nos questions existentielles ou émotionnelles.Nous pouvons être guidés vers nos réponses, mais personne ne peut les fournir, ces réponses !... Elles viennent de l'intérieur... Il faut savoir faire confiance à nos propres capacités de jugement aussi...

Rester sourd aux paroles de découragement est un saine hygiène de pensée, si l'on se sent dans la bonne direction... Il ne s'agit pas de se comporter comme des entêtés bornés qui foncent droit dans un mur !... Non, mais que lorsque l'on a correctement évalué la situation, et que l'on a trouvé la réponse qui nous semble être, laplus adaptée... que l'on en est intimement persuadés, même si des obstacles se dressent sur notre chemin... et bien, qu'à ce moment là, on ne se laisse pas décourager par des paroles de mauvaise augure... et que l'on continue de s'accrocher à son objectif... pour ne jamais le perdre de vue.

Echangez !... Débattez !... La richesse est dans l'échange...
Mais pour la décision finale... Ne comptez que sur vous-mêmes ! ...  ...

Et encore... ...

... / LW...

 


Posté par laurencewitko à 02:48 - HYGIENE DE VIE... - Commentaires [0] - Permalien [#]

Une vie régulière...

" Les gens sans imagination ont besoin que les autres mènent une vie régulière. "
Boris Vian (... là !...)

Le conformisme y prend ses racines : source de repères tangibles...
L'individu sans imagination ne pouvant pas faire un effort chaque jour pour vivre sa vie comme elle vient, y apportant les réponses spontanées qui surgissent, s'astreint à une discipline quotidienne, établie et longuement rôdée, approuvée par ses semblables et admise comme "norme de vie"...

Cette appartenance à un groupe social dont il partage les "normes" et coutumes de vie renforce le point de vue selon lequel, il vit de la seule façon qui soit possible, puisque tout le monde agit ainsi... Vient à passer une âme trouble qui demande à explorer d'autres voies de salut, et la crise éclate...

Comment réagir devant la dimension d'inconnu, que présente le fait de s'écarter de la norme stricte établie au fil du temps par un groupe, que l'individu reconnaît comme porteur de son identité ? ... Des "déviances" comportementales mettent à mal son petit équilibre, protégé dans sa mini bulle d'idées convenues...

L'imagination permet de dépasser le possible imaginable pour projeter ainsi dans une réalité en peut-être devenir, d'autres façons d'utiliser sa vie, ses actes et ses buts... L'imagination fait voyager au-delà des frontières du raisonnement admis, pour donner une chance à la créativité de déployer ses couleurs nouvelles sur des modèles un peu usés par les années..

L'imagination est un bien précieux qu'il faut développer... Elle seule sauvera le monde...
N'oublions pas qu'elle est supérieure à la volonté... et qu'elle ne connaît pas de limites...

Eh bien... Il est l'heure d'aller imaginer d'ailleurs... Que votre rêverie soit porteuse ! ...

... / LW...

Posté par laurencewitko à 02:51 - HYGIENE DE VIE... - Commentaires [0] - Permalien [#]

Idée de cadeau à offrir...

" La seule chose que vous avez à offrir à un autre être humain, en tous temps, c'est votre propre façon d'être. "
Ram Dass (... témoignage...)

Il arrive que le comportement des personnes soit régi par la représentation qu'elles ont du comportement adapté à une situation, plutôt qu'il soit régi par la spontanéité et la sincérité... sortes de représentations de comportements appris et admis comme étant convenables ou appropriés ou acceptables...
Et de fait, ce que l'on offre ainsi à l'autre n'est pas le reflet exact de ce que nous sommes, et du comportement que l'on aurait, si l'on n'était pas assujettis à ces références normalisantes... mais clone parmi les clones, nous jouons le rôle que nous croyons être le plus adapté à l'instant... et qui ne nous met pas en danger émotionnellement puisqu'il est rôle que l'on s'assigne, et non ressenti que l'on éprouve...


Il n'y a jamais UNE façon de se comporter... et tous les manuels de savoir-vivre, ou autre psycho guide pour vivre épanoui parmi ses congénères, ne pourront rien y faire !... Nous avons tous nos propres stratégies de communication, élaborées d'après nos observations et conclusions emmagasinées depuis notre naissance... et chacun possède donc un savoir unique, qui lui est propre, et qu'il ne pourra jamais partager en totalité avec quelqu'un...
C'est cette unicité de réponse qui fait de nous une personne... différente des autres personnes...


Cette différenciation, perceptible dans la façon d'être naturellement, de chacun... est source d'enrichissement dans l'échange, si on veut bien laisser libre cette voie-là, d'exprimer par ses mots et gestes, son humanité... et permettre ainsi la rencontre de deux personnes, plutôt que d'avoir des échanges sociaux amicaux et convenables...
La sincérité, l'authenticité, loin d'être naturelles, traduisent une implication de soi dans la relation, une volonté délibérée d'établir une relation personnelle et de confiance au-delà des différences et des à-priori de chacun...
La réponse-type elle, est non implicante, puisqu'elle correspond à une norme socialement correcte, derrière laquelle on peut se réfugier...


Implication de soi, et donc... fragilisation, risque pris sur une situation, d'où un danger plus grand qu'à utiliser les prêt-à-se-comporter déjà éprouvé et rôdé...
Lâcher prise ou contrôler... Ressentir ou raisonner... Quitte ou double ? ...
La règle reste la même partout : plus on mise gros, plus on risque de gagner gros... Plus on s'investit dans le don, plus on reçoit...
Et pour ce qui est de gagner ou de perdre... Les règles du jeu disent bien que le hasard se glisse ça et là et qu'il faut accepter sa loi...


"Ce que les autres vous reprochent... Cultivez-le ! ... C'est vous !" disait je ne sais plus qui... Résister et rester soi...
parce que finalement, oui, c'est ce que l'on a de mieux à offrir aux autres...

 

... / LW...


Posté par laurencewitko à 13:47 - LES UNS ET LES AUTRES... - Commentaires [0] - Permalien [#]

La responsabilité d'être...

" On ne fait pas ce qu'on veut et cependant on est responsable de ce qu'on est. "
Jean-Paul Sartre  (...clin d'oeil...)

C'est un constat parfois frustrant, mais qui n'en est pas moins vrai pour autant : nous ne faisons pas ce que l'on veut, toujours et partout... Nous vivons parmi et avec nos semblables, même si on a l'impression que certains l'oublient, nous formons un tout, un ensemble : l'ensemble humain... qui a érigé sa supériorité sur tout ce qui l'entourait... et qui nous entraîne en avant comme si le moteur s'était emballé...

Néanmoins, le fait de ne pas pouvoir toujours agir selon nos désirs, ne nous ôte pas la responsabilité de nos actes et de nos paroles. Les circonstances peuvent nous amener à revoir nos choix et nos décisions, mais qu'elles que soient ces circonstances, nous restons porteurs d'une conscience, et donc responsables de nous-mêmes. Elle sert à ça la conscience... à nous donner une autonomie de réflexion, et à nous permettre d'assumer nos actes et nos paroles...

Il est trop facile de se réfugier derrière nos obligations et nos devoirs pour se déresponsabiliser de ce petit grain de sel que l'on rajoute partout dans sa vie... Nous ne sommes pas des êtres parfaits, mais nous ne sommes pas non plus de simples pantins, animés par des mains supraterrestres qui joueraient de nous, comme on joue avec des petits soldats de plomb ou des poupées modèles... Nous avons prise sur nos vies, et bénéficions de toutes les connexions neuronales nécessaires pour nous en rendre compte... Seulement... c'est plus confortable de se dire qu'e lon "n'y peut rien..."

Si nous ne pouvons pas choisir comment se déroulent les évènements, nous pouvons choisir de quelle façon nous y réagissons, et prouver par là, notre pouvoir et notre responsabilisation face aux personnes et aux choses.... Nous ne sommes que des humains, nous n'avons pas toujours l'esprit assez serein pour nous permettre de prendre les meilleures décisions... Soit ! Faites déjà du mieux que vous pouvez, et ce sera déjà bien !...

Plus encore, notre conscience ne manque pas de nous rappeler à l'ordre quand d'aventure nous n'avons pas agi de concert avec elle... ainsi, notre responsabilité ne peut-elle pas nous échapper... Quand nous ne nous sentons pas en accord avec nous-mêmes, quand les questions fusent quant au bien-fondé des positions sur lesquelles on campe, ce débat intérieur, ces monologues silencieux nous renvoient aux valeurs que l'on porte en soi... Certaines sont assez universelles, d'autres sont des valeurs transmises, d'autres encore, à la manière d'une maladie auto immune, se sont développées en réponse à ce que la vie nous a laissé voir...

Dans tous les cas, le jugement de notre conscience sera toujours plus intense que toutes les justices des hommes réunis, car il est à la fois somme de toutes les valeurs fraternelles et humaines idéales et nécessaires à la vie en communauté, à laquelle s'ajoute la sensibilité personnelle de chacun...

Des fois je me demande...
Est-ce que je ne préférerai pas faire tout ce que je veux, sans être responsable de ce que je suis ?...

 

... / LW...


Posté par laurencewitko à 13:51 - EMOIS ET MOI... - Commentaires [0] - Permalien [#]

Etat des lieux...

" On peut toujours faire quelque chose de ce qu'on a fait de vous. "
Jean Paul Sartre   (homme et culture)


L'heure est à la "psychologisation" à outrance, ainsi tout peut s'expliquer par notre histoire, nos frustrations, nos souvenirs biaisés, nos fantasmes inconscients... j'en passe... De cette façon, on réduit notre futur en le renvoyant sans cesse au miroir du passé... On perd du temps avec ces allers retours temporels...
Une des lois de l'Esprit qui est très importante est la suivante : ne pas lutter CONTRE le mal, mais aller DIRECTEMENT au bien !

Bien sûr, on a tous notre histoire, notre chemin, c'est pas forcément celui qui nous plaisait le plus, on ne le choisit pas toujours non plus... mais y rester arrêté parce qu'on est en colère, frustré, insatisfait, haineux, plein de rancoeur, ou je ne sais quoi encore... n'arrange rien à la vie qui reste à l'avant...
Peu importe le chemin déjà parcouru, et les points négatifs qu'il peut comporter, nous y avons forcément appris des choses : des choses qu'on a envie d'appliquer, d'autres dont on sait qu'on ne les acceptera plus... Nous ne sommes pas spectateurs passifs de nos vies, mais les seuls maîtres d'oeuvre en activité !

Quels que puissent être les griefs que l'on porte à son passé, ils sont porteurs d'expériences, de maturité et de réflexion. Ils sont la base sur laquelle on développe aussi les valeurs essentielles qui sont importantes pour nous. Que l'on soit en accord ou en rebellion avec l'éducation, le conditionnement ou la culture dont on a pu hériter, cela fonde notre philosophie personnelle de vie, et les années aident à la renforcer dans l'acceptation de soi, et de sa recherche de plénitude...

" Ce qu'on a fait de vous..." Quelle drôle d'expression !...
Il est toutefois vrai que l'on n'est pas conscients des conditionnements et des mains mises sur notre conscience d'emblée... Le phénomène dit du "lavage de cerveau" est un mécanisme très sournois, et il faut du temps pour remettre en cause les systèmes établis à notre insu, puis trouver la force de s'y soustraire...

" Ce qu'on a fait de vous..."
Sans vouloir avancer que les épreuves et les souffrances forgent un mental à toute épreuve quand celles-ci cessent, je crois néanmoins, que toute expérience même négative, crée une mémoire de reconnaissance des situations qui nous blessent, et que cette reconnaissance mnésique intuitive de situations qui pourraient nous y renvoyer, permettent de mieux gérer nos vies, et le respect qu'on a pour soi-même et pour les autres, de définir les termes et les limites de l'acceptable et de l'accepté, des désirs qui nous sont propres et de ceux que l'on nous suggère...

Dans tous les cas, point de désespoir : tout finit toujours par s'arranger... question d'y croire !...
L'important c'est bien cela : croire... en nous, en l'avenir, en l'humain...

On peut toujours, avec ce qu'on a fait de nous, faire quelque chose, c'est sûr... mais ... quoi ? ...

... / LW...

 


Posté par laurencewitko à 13:54 - EN CHEMIN... - Commentaires [0] - Permalien [#]

L'amour et sa légitmité...

" N'est-elle pas plus morale l'union libre de deux amants qui s'aiment, que l'union légitime de deux êtres sans amour ? "
Georges Feydeau

L'amour et les liaisons adultères ont de tous temps fait couler beaucoup d'encre. Chacun ayant un point de vue sur la chose...
Même si de nos jours, dans les pays occidentaux aussi, la libération sexuelle a permis de relativiser les liaisons extra conjugales, il n'en reste pas moins que l'on maintient un cadre fort autour du mariage. Si engagement il y a eu, celui-ci devrait légitimement se poursuivre jusqu'à ce que "la mort nous sépare"...

Une histoire d'adultère, avant de se réduire à cela, c'est avant tout une histoire d'amour... On l'oublie un peu trop souvent. La finalité n'est pas de faire souffrir un(e) conjoint(e) avec lequel on ne partage plus la magie qu'un jour on a pu éprouver, mais seulement de vivre une autre relation, qui elle, nous apporte quelque chose...

Le jugement s'établit sur le "coup de canif" porté au contrat, mais est-ce que l'on ne se trompe pas d'élément à juger ? ...
La fidélité ne s'est réellement ancrée dans nos quotidiens qu'au début du siècle, avant les moeurs étaient plus libres, ou plus hypocrites dans leurs prises en comtpe des faits.
La fidélité, c'est jurer de ne plus jamais poser, amoureusement en tous cas, ses mains et son coeur sur une autre personne que celle avec laquelle on a choisi résolument de partager sa vie... pour l'éternité...
Mais comment peut-on projeter ainsi l'avenir de sa vie et de ses envies ?
Et puis... l'éternité... ça parait long quand même... On ne mesure pas toujours immédiatement cet aspect de l'engagement...

L'amour est une émotion forte, avant d'être un sentiment qui porte... Rien n'est plus difficile que de contrôler ses émotions. Et même si on les contrôle, cela n'empêche pas la frustration du désir non assouvi, et la difficulté de continuer sa vie comme si rien ne s'était ressenti...
Deux amants qui partagent ensemble un même sentiment, sont mis en situation de culpabilité alors même que feindre d'aimer encore quelqu'un qui ne nous est plus rien, n'est-ce pas plus culpabilisant ?

Ce mensonge d'amour est-il meilleur ou pire que le partage d'amour "coupable" ?

S'il existe un domaine où l'on ne peut ériger aucun dogme, c'est bien celui de l'amour. L'amour n'a que faire des cadres dans lequel on veut l'enfermer. L'amour n'est pas rationnel, il ne peut se raisonner qu'intellectuellement, mais ce genre de raisonnement est difficile à maintenir en situation...

La légitimité de l'amour, elle est dans l'intensité de l'échange et du sentiment partagé... et aucune signature au bas d'un parchemin officiel, ne pourra lutter contre cela...
La légitimité prend appui sur une autorité, l'amour ne prend appui que sur ses propres valeurs, ressenties, acceptées et partagées...

Est-il légitime de déclarer illégitime ou immoral, les amours hors du contrôle matrimonial ? ...

 

... / LW...


Posté par laurencewitko à 13:57 - LES UNS ET LES AUTRES... - Commentaires [0] - Permalien [#]

Pourquoi ?... Pourquoi pas ?...

" Il y a ceux qui voient la réalité et qui disent : Pourquoi ?
Et il y a ceux qui rêvent de l'impossible et qui disent : Pourquoi pas ? "
George Bernard Shaw   (... d'autres...)

Nous entretenons tous des pensées réalistes... et des pensées irréalistes... qui façonnent notre monde... Toutes ces pensées influencent notre façon d'être et d'agir, entraînant leur cortège d'émotions et de sentiments, positifs et négatifs...

On peut, tout à la fois, accepter la réalité ET rêver de l'impossible, l'un et l'autre ne s'excluent pas... bien au contraire... Ce rêve d'impossible se démarque en filigrane de notre réalité comme un autre possible, même si on ignore comment lui faire prendre corps... et montre une direction, qui bien qu'apparaissant comme inatteignable, nous insuffle la direction idéale que nous aimerions voir nos vies prendre...
Et les cartes se rebattent alors selon d'autres dimensions...
Et pourquoi pas ?...

Pourquoi ?...Pourquoi pas ...

Il est quelquefois plus facile de répondre aux "pourquoi ?", qu'aux "pourquoi pas ?"...
Les "Pourquoi ?" s'appuient sur des faits réels et tangibles, explicables et pouvant être reconnus par tous...
Les "Pourquoi pas ?" au contraire, ne demandent aucune justification, aucune réponse... Ils font taire les interrogations anxieuses par leur côté irrationnel, et s'élèvent au-delà de tout raisonnement cartésien...


Et puis... accepter la réalité, c'est l'accepter sans essayer de la justifier...
Accepter n'est pas un acte passif, mais bien l'action de lâcher prise sur nos interrogations, pour ne se préoccuper que de ce qui est... ici ... et maintenant...


Après tout, pourquoi pas ?...

... / LW...

Posté par laurencewitko à 14:00 - HYGIENE DE VIE... - Commentaires [0] - Permalien [#]

Passages nuageux...

" La vie telle une journée a sans cesse ses périodes de nuages et de soleil... "
Inconnu

La vie a la météo capricieuse, et ses changements de vent parfois brusques nous surprennent...
Essuyer un orage quasi tropical, brutal et soudain, déstabilise nos certitudes acquises sur l'immortalité du soleil qui nous brûlait quelques instants plus tôt...

Pourtant comme le jour et la nuit se succèdent et se complètent, pour nous assurer le repos nécessaire pour recharger nos batteries, le soleil et la pluie doivent conjuguer leurs différences pour entretenir la vie... et la cultiver...

Que l'un ou l'autre vienne à manquer, et un déséquilibre inévitable se produit...

Aussi, les périodes de pluie que la vie nous fait cycliquement traverser, nous font-elles souvent prendre conscience, de la vraie valeur du soleil...
Les périodes de pluie nous lavent l'âme, et nettoient nos visions sclérosées d'un état de bien-être, que l'on pourrait être tentés de trouver normal dans sa constance, sans se poser d'autres questions, que celle de l'indice de protection que l'on doit utiliser pour éviter le brûlures, en cas d'exposition outrancière...

Le soleil après la pluie s'apprécie beaucoup plus que le soleil qui succède au soleil...

Prenant conscience du fait que le soleil, comme tout, n'est pas un élément figé, statique, acquis une bonne fois pour toutes, nous comprenons alors mieux qu'il faut en apprécier chaque rayon qui se pose sur nous...

Et le soleil qui apparait au beau milieu d'une ondée, nous révèle parfois de bien agréables surprises, quand s'arqueboute au-dessus de notre vie un bel arc-en-ciel...

Ses couleurs diaphanes irisent alors notre vie de reflets féériques, et comme l'on sait que sa durée est limitée dans le temps, on s'efforce de le cueillir dans l'instant et d'en apprécier la beauté fugace comme un cadeau que l'on n'attendait pas...

Qu'il neige, qu'il vente ou que le soleil nous tiédisse la vie... de toute façon... on ne peut pas choisir... Le tout est de savoir adapter sa tenue et chercher ce que chaque élément nous apporte, en terme de bien-être, de beauté ou de renforcement de la personne que l'on est...
Pas toujours facile de troquer son bikini contre un imperméable avec le même sourire...

Mais s'adapter aux circonstances qu'on ne peut pas changer, est un précepte bien utile pour traverser les orages de la vie...


Si encore on pouvait être informés des prévisions météo de sa vie... ça nous permettrait d'anticiper...

... / LW...

Posté par laurencewitko à 14:03 - TOUT DOUX LA VIE... - Commentaires [0] - Permalien [#]